Pour mieux comprendre ce phénomène, il est primordial de comprendre ses origines ainsi que son histoire. Celle-ci comme toute autre histoire sera longue et complexe, mais n’ayez crainte, je ferai de mon mieux pour vous la simplifier. Laissez-moi vous guider à travers ce passé qui nous a forgé le dessin animé japonais moderne.

Source Image

momotaros_divine_sea_warriors-screeny
Capture d’écran du film Momotaro, le divin soldat de la mer, premier long métrage d’animation japonaise. (1944)

 

Premières Animations

L’animation japonaise a fait ses débuts au commencement du 20e siècle lorsque des réalisateurs japonais essayaient des techniques d’animation venant de l’Ouest. Il est très difficile de dire exactement quand le premier anime a été conçu, car toutes les animations du temps ont été perdues ou détruites. Le premier anime connu : Katsudō Shashin (1907) a été découvert en 2005. Il était fait à la craie sur un ruban de celluloïd et durait à peine cinq secondes. Assez différent des animes modernes pas vrai? Aujourd’hui encore, son créateur reste inconnu. Voyez pour vous même ci-dessous.

Première animation japonaise (1907)

via Youtube/ MrAertt5

 

 

Namakura Gatana

Ce n’est que le début, les animes qui suivirent avaient une très petite durée, se rangeant souvent dans les alentours du cinq minutes. Ceux-ci ont été possibles grâce aux pères fondateurs des animes; les mangakas Oten Shimokawa et Junichi Kouchi, ainsi que le peintre Seitaro Kitayama. Les trois hommes fascinés par cette nouvelle plateforme se sont tournés vers le monde de l’animation pour produire des animes au profit de studios de films qui les embauchaient. D’ailleurs, le plus ancien film d’animation retrouvé est Namakura Gatana, une oeuvre de deux minutes produite par Junichi Kouchi. Elle raconte l’histoire d’un samurai qui essaie son épée sur un inconnu, mais celui-ci finit par le vaincre sans aucune arme.

  « Namakura Gatana »

via Youtube/ Vintage

 

Séisme de Kantō

L’année 1923 a été marquée d’une grosse perte pour l’animation japonaise. En effet, la plupart des animés du temps ont été détruits dû au tremblement de terre de  Kantō. Ceci a grandement fait reculer l’industrie. Ce séisme estimé d’une magnitude de 7,9 sur l’échelle de Richter (en 1977) a détruit plusieurs studios d’animation. Dans le temps, il n’y avait qu’une seule copie d’animation, et ce sur un ruban de celluloïd, donc ils étaient extrêmement fragiles et rares. Voilà une des raisons pourquoi aujourd’hui nous avons peu de traces des premiers travaux. Soit ils ont été détruit par le séisme de 1923 ou ils ont été très endommagés/perdus avec le temps.

seisme-kantoSource Image/ Séisme de 1923

 

Walt Disney

Durant les années 1930, les Japonais ressentent le besoin de s’avancer avec les animes considérant la popularité des animations de Disney qui faisaient révolution à leur sortie. C’est alors que plusieurs animateurs vont être invités à faire des films qui glorifient « l’esprit japonais » (durant cette période le gouvernement pratiquait une politique de nationalisme culturel obligatoire). Plusieurs personnes trouvaient que ces films étaient très intéressants. De plus en plus de studios vont donc produire des animations, celles-ci étant très fortement influencées par Walt Disney. Par contre, dû au budget limité des studios, celles-ci étaient très souvent de moins bonne qualité.

Walt Disney.jpg
Source Image/ Walt Disney

 

Films de Propagande

En 1939, avec l’approche de la Seconde Guerre mondiale, les Japonais sont encouragés à produire des films de propagande. Ceux-ci n’ont pas d’histoire très intéressante, seulement des Japonais qui utilisent la ruse et la rapidité pour vaincre leurs ennemis à la guerre . Bref, du contenu assez violent et raciste sans grande qualité artistique. L’industrie ralentit, mais ne prend pas autant de recul qu’avec le tremblement de terre de Kantō. En effet, ce qui est ressorti de cette période sans grand progrès est le plus long film d’animation (74 minutes) jamais produit par le Japon: Momotaro, le divin soldat de la mer. Ce long métrage sorti en 1945 était un film de propagande payé par les Marines de Guerre japonais. Ce film qui sous-entendait une paix prochaine a réussi à mettre une larme à l’œil de Osamu Tezuka.

momotaro-divine-sea-warriors
Source Image/ Momotaro’s Divine Sea Warriors

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s